top of page

AUTISME MICROBIOTE INTESTINAL PAR MICROBIOTA

Dernière mise à jour : 27 juin 2023

Voilà un article parlant de l'axe intestin cerveau, beaucoup disent que c'est des légendes urbaines d'autres du charlatanisme, écoutons et lisons plutôt les chercheurs reconnus et n'hésitez pas à trouver des liens étrangers car nous avons hélas beaucoup de retard.


Une de ces situations cliniques nous est connue : 30 à 50 % des personnes atteintes de TSA présentent des symptômes gastro-intestinaux (douleurs abdominales, diarrhée, constipation…) qui affectent leur qualité de vie. L’hypothèse d’un lien entre microbiote intestinal et troubles du spectre autistique semble donc se dessiner et suscite un vif intérêt au sein de la communauté scientifique. Il est vrai que le microbiote intestinal est souvent décrit comme notre « second cerveau » et que certaines maladies neuropsychiatriques telle que la dépression s’associent à des déséquilibres du microbiote intestinal. Rappelons-aussi cette expérience : des souris à qui on a transplanté des bactéries intestinales provenant de personnes souffrant de TSA développeraient à leur tour des « comportements autistiques ». On le voit, les preuves des relations entre le microbiote intestinal et les TSA s’accumulent. L’article rédigé par le Pr Richard Delorme, lauréat de la bourse internationale de la Fondation Biocodex en 2021, et son équipe, vient étoffer ce faisceau d’indices déjà bien fourni.


Ce qui est fou c'est que certains ont désinformé sur le sans gluten alors que des chercheurs en parlent et dans cet article ci aussi :

De la même manière, l’efficacité des prébiotiques, comme le galacto-oligosaccharide (GOS) ou le fructo-oligosaccharide, a été étudiée dans les TSA [12]. Des souris soumises à un stress chronique ont montré une altération du MI et une diminution de l’intérêt social. Avec ce modèle murin, l’administration des prébiotiques a été associée à une augmentation des interactions sociales chez ces souris. Chez l’être humain, l’utilisation de GOS associé à une alimentation sans caséine et sans gluten a montré une amélioration des symptômes GI et des interactions sociales ainsi qu’une augmentation de l’abondance de Bifidobacterium dans le MI. Des études cliniques randomisées en double aveugle appropriées sont nécessaires pour confirmer.

Aucunement question de dire que toutes les personnes autistes doivent manger sans gluten mais il est tout aussi dangereux de dire qu'il ne faut pas arrêter le gluten à une personne dont on ne connait ni le dossier médical ni les symptômes, la personne est peut-être justement sensible, intolérante ou coeliaque donc c'est aux familles de faire des bilans médicaux avant de savoir ce que l'on peut faire ou pas et surtout d'observer les améliorations s'il y a .

ETUDE FORTEMENT APPRECIE DES CHERCHEURS :


Je vais poster d'ailleurs un autre article sur la maladie coeliaque et les signes de l'intolérance au gluten.


( dans le même PDF Harry Sokol Parrain de l'association )


Article MICROBIOTA et cherchez sur le même site d'autres lectures à votre convenance :


PDF ASSOCIE


Microbiota TSA JUIN 23(1)
.pdf
Télécharger PDF • 2.30MB

C'est pas les liens qui manque concernant l'axe intestin cerveau et des pistes de recherche concernant l'autisme et l'axe intestin cerveau.


Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page