ETUDE INSERM PREMATURITE

Voici les travaux, concernant la prématurité.


Pierre Gressens Chercheur avait évoqué lors du colloque à Monaco, qu'il y avait beaucoup de prématurité dans l'autisme.


Les #enfants nés prématurément ont un risque plus élevé de souffrir de troubles cognitifs et sensoriels mais aussi d’infertilité à l’âge adulte. Dans une nouvelle étude, une équipe de chercheurs et chercheuses de l’Inserm, du CHU de Lille et de l’Université de Lille, au sein du laboratoire Lille neuroscience et cognition, soulève des pistes intéressantes pour améliorer leur #pronostic.


En menant des travaux sur une maladie rare appelée hypogonadisme hypogonadotrope congénital, les scientifiques ont en effet découvert le rôle clé d’une enzyme et le potentiel thérapeutique du neurotransmetteur qu’elle synthétise – le monoxyde d’azote – pour réduire le risque de complications à long terme en cas de prématurité.


L’équipe de recherche a par ailleurs lancé un essai clinique au CHU de Lille en partenariat avec un hôpital d’Athènes pour aller plus loin et mesurer l’effet du monoxyde d’azote chez des enfants prématurés.


Nouvelles pistes pour réduire les complications à long terme chez les enfants nés prématurés | Salle de presse | Inserm




Posts récents

Voir tout