RECHERCHES iMIND OCYTOCINE

Dernière mise à jour : 14 févr.

Voici des nouvelles pistes concernant la recherche.

Evoqué l'ocytocine.


Voici un lien vidéo :

Nouvelles recherches sur les liens entre l'ocytocine et l'autisme - YouTube


Une équipe de recherche (Amélie Soumier, Marie Habart, Guillaume Lio, Caroline Demily & Angela Sirigu) au sein d'iMIND utilise une technique innovante d’imagerie cellulaire en 3 dimensions, pour regarder l'organisation des neurones dans le cerveau. Ils ont trouvé que les neurones qui fabriquent l’ocytocine, contre toute attente, continuent de se développer après la naissance. L’ocytocine, dite 'l’hormone de l’amour', est important dans la creation du lien social, et a un potentiel thérapeutique pour les personnes sur le spectre de l'autisme. Par contre, ce phénomène de developpment post-natal ne touche pas les neurones de la Vasopressine, qui sont très proches en terme de fonction et de structure. Ils pensent donc qu’il existe plusieurs réseaux de l’ocytocine qui pourraient être impliques différemment dans le developpment des troubles sociaux notamment. Il existerait un réseau « inné » qui est présent à la naissance, et un réseau qui se développe après la naissance, « dit adaptatif », qui pourrait dépendre de nos expériences sociales. Cette découverte va nous permettre à terme d’accélérer la recherche thérapeutique, et de pouvoir tester plus rapidement l’efficacité de différents médicaments.


Lien complémentaire :

Differential fate between oxytocin and vasopressin cells in the developing mouse brain: iScience

Traduction sommaire :

Dans une approche du cerveau entier utilisant iDISCO+ (Renier et al., 2014), nous avons utilisé un double marquage par immunofluorescence contre OXT et AVP pour détecter le développement de sous-populations de cellules co-exprimant les deux peptides (figures 1A et S5). À l’aide de l’imagerie hypothalamique 3D, nous avons d’abord examiné si le nombre total de cellules exprimant OXT ou AVP diffère de la naissance à l’âge adulte (Figure 1A; Vidéo S1). Le comptage semi-automatisé des cellules (détaillé dans les méthodes STAR; exemple dans la figure S6, vidéo S2) a révélé des changements considérables entre la dynamique des cellules OXT et AVP tout au long du développement (figures 1B et 1C). À P0 et P3, les cerveaux contiennent un nombre similaire de cellules OXT-immunoréactives (Ir) (P0: 1 556 ± 96 cellules; P3 : 1 901 ± 227 cellules). Cependant, à partir de P3, le nombre total de cellules OXT-Ir augmente significativement d’environ 50% jusqu’à l’âge adulte (F [4,19] = 107,1, p <0,0001; P56 : 3 266 ± 191 cellules). Cette augmentation est retardée et commence à P3, car aucune différence statistique n’a été observée entre P0 et P3 (différence moyenne −244,7; SE du diff 116,9; p = 0,563). Cette augmentation globale a suivi un double schéma, avec le premier pic d’augmentation de ∼30% observé à P7 (diff moyen P3 versus P7 -936,5; SE du diff 128.1; p <0,0001, P7 : 2837 ± 239 cellules), suivie de la deuxième augmentation de ∼20 % à P14 (différence moyenne P7 versus P14–585,3 ; SE de diff 128,1, p = 0,0017, P14 : 3 422 ± 150 cellules). L’absence de changements supplémentaires entre P14 et P56 (diff moyen 156,8, SE de diff 116,9, p = 0,6704) suggère que le modèle de réseau de type adulte est atteint au cours des 2 premières semaines de vie chez la souris. En revanche, le nombre total de cellules AVP-Ir n’a montré absolument aucune différence à aucun âge (F[4,19] = 0,2816, p = 0,8862; Figure 2C ; P0 : 2 060 ± 80 cellules ; P3 : 2 070 ± 163 cellules ; P7 : 2 056 ± 135 cellules ; P14 : 1 895 ± 163 cellules; P56 : 2 032 ± 118 cellules). Étant donné que le nombre total de cellules exprimant la forme mature de l’AVP est identique au nombre de cellules exprimant la forme de neurophysine II associée à l’AVP, à P0 et chez les souris adultes (figure S3), il est peu probable que l’absence de différences de développement dans le nombre de cellules AVP soit due à un changement général de l’expression de la neurophysine à travers les âges postnatals. Les anticorps primaires ciblant la forme mature de l’ocytocine (lapin anti-OXT, Phoenix Pharma Inc, France, cat# G-051-01, 1:400) et la neurophysine II spécifique à l’AVP (souris anti-AVP-NPII, Merck Millipore, Allemagne, cat# MABN845, clone PS41; 1:500) ont été utilisés en combinaison. Dans notre condition expérimentale, la co-expression de l’OXT et de l’AVP dans les mêmes cellules est rare (≤1%) et n’a été trouvée que dans les noyaux paraventriculaires (PVN), supraoptiques (SON) et tubéraux (TU) de l’hypothalamus (Figure S1), conformément à ce qui a été décrit précédemment chez des souris adultes avec d’autres anticorps primaires immunomarquant simultanément (Otero-García et al., 2016) et en accord avec l’expression moléculaire génétique de l’OXT et de l’AVP (Romanov et al., 2017, Romanov et coll., 2020). Ce schéma de marquage dans lequel les cellules OXT et AVP sont principalement constituées d’une seule expression est également observé aux différents stades de développement (Figure S2). Ici, nous avons utilisé le marquage par immunofluorescence AVP-NPII comme marqueur de la population neuronale AVP, car la neurophysine II associée à l’AVP et l’AVP mature sont co-exprimées par les mêmes cellules (figure S3), comme cela a été décrit précédemment dans une autre condition expérimentale (Ben-Barak et coll., 1985; Castel et Morris, 1988; Kawakami et al., 2021). Une analyse quantitative distincte a également révélé un nombre similaire de cellules immunoréactives pour l’AVP ou l’AVP-NPII dans l’hypothalamus à la naissance et chez l’adulte (figure S3). Il est intéressant de noter que la combinaison d’anticorps primaires inversés utilisant l’anticorps neurophysine I spécifique à OXT (anti-OXT-NPI de souris, Merck Millipore, Allemagne, cat# MABN845, clone PS38; 1:500) avec la forme mature d’AVP (lapin anti-AVP, Phoenix Pharmaceutical, France, cat# G-065-07, 1:400) montre un modèle d’expression similaire à celui illustré dans le PVN adulte, SON et TU (Figure S4). Ces résultats indiquent que, chez les souris C57BL6/J, la majorité des cellules exprimant OXT et AVP sont immunoréactives pour OXT ou AVP quel que soit le stade de développement.

Site internet :

iMIND, centre d’Excellence Autisme et Troubles du Neurodéveloppement (centre-imind.fr)


Posts récents

Voir tout